يد واحده ما تصفق

Yedd ouahda ma tsafek
Une main toute seule ne peut pas applaudir

dimanche 9 décembre 2007

La "Cité des Roses" de Mouloud Feraoun.


Quelles étaient les relations franco-algériennes avant l'indépendance ?
Da
ns la Cité des Roses, Mouloud Feraoun (écrivain et instituteur Algérien ) dresse un tableau de la passion qui lia ces deux pays: c'était un sentiment complexe où se mêlaient et s'entrechoquaient les amours propres , les préjugés , les traîtrises et les ignorances , qui ont conduit à la rupture définitive et dont les fantômes nous hantent encore aujourd'hui .
http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=64386
http://www.arabesques-editions.com/parutions/articles/200751.html

Bientôt sur le blog.
.. Aziz B et Manil

1 commentaire:

M.AUGRIS a dit…

Mouloud Feraoun a bien su montrer la complexité de cette époque. Je vous livre cet extrait prophétique de son journal :
« II arrivera un moment où l'armée et le maquis rivaliseront
de brutalité et de cruauté les uns au nom d'une liberté difficile à
conquérir, l'autre au nom d'un système périmé qu'elle s'acharne à
défendre. Ceux qui font les frais de ces colères implacables
les subissent sans étonnement et sans panique, ayant enfin conscience
de se trouver engagés dans un circuit infernal d'où toute tentative
d'évasion est devenue une utopie. »
Mouloud Feraoun, Journal, 1955-1962, Le Seuil, 1962